Forum d'écriture

Forum pour jeunes écrivaines inconnus
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Début d'une nouvelle

Aller en bas 
AuteurMessage
Vertigo
Auteur en manque d'inspiration
avatar

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 05/07/2008

MessageSujet: Début d'une nouvelle   Sam 5 Juil - 15:02

Hello! Very Happy Je suis nouveau sur ce forum, je vous poste le début d'une nouvelle, si vous pouviez me dire ce que vous en pensez, merci. drunken


PROLOGUE


C'était le verre de trop. Erik avait entièrement vidé une bouteille de vodka de son contenu, et il le savait, la nuit s'annonçait plus que difficile. Contrairement aux traditionnels clichés, voir double était un fait rare, c'était plutôt comme une image floue et instable, sur laquelle on n'arrivait tout simplement pas à faire le point.
Pourtant, ce soir, Erik aurait presque juré voir double, mais il n'était plus sûr de rien. La nausée était perceptible, et son estomac était agité de soubresauts, lui renvoyant des sensations doucereuses, écoeurantes, mais il tenait bon, il en avait l'habitude, ce genre de situation s'était souvent présenté, trop souvent.
Il avait connu l'ivresse pour la première fois quand il était entré au lycée. Toute une jeunesse décadente qui se retrouvait le week-end à l'occasion de beuveries. Puis petit à petit, certains avaient abandonné la boisson, avaient continué leurs études, s'étaient mariés, mais pas Erik. Il avait continué à boire, et en était de plus en plus souvent malade. C'était une drôle de relation, la souffrance du manque, le soulagement de l'ivresse, puis de plus en plus rapidement avec le temps, la nausée, résister au malaise, lutter contre la douleur. Une sorte de course perpétuelle qu'il était condamné à perdre, car il sentait la dépendance grandir d'année en année.
Ce soir, c'était un des pires soirs, il avait dépassé sa limite.
Deux heures auparavant, il s'était rendu au même pub qu'il fréquentait depuis des années, le "Kenny's pub".
Il aurait passé une soirée ordinaire s'il n'avait pas rencontré Greg, un ancien camarade de classe avec qui il boxait au lycée. Il lui avait offert plusieurs verres au nom du bon vieux temps, puis avait fini par rejoindre des amis.
Erik, avait fini par perdre les siens. Une des principales raisons était qu'ils avaient des moins en moins de choses en commun, des vies qui s'avéraient, au bout du compte, incompatibles; il continuant de faire la fête comme il l'avait fait tout le long de son adolescence, puis de ses études à la fac. Eux étaient allés de l'avant, certains étaient mariés avec des enfants, et il ne se voyaient plus qu'occasionnellement, se croisant par hasard de temps à autre, les épouses étant peu enclin à laisser leur mari avoir de mauvaises fréquentations.
Il avait bien essayé de s'arrêter à plusieurs reprises, se rendant aux réunions des alcooliques anonymes et en se faisant prescrire des médicaments de sevrage, en vain.
La plus longue période pendant laquelle il avait tenu n'avait pas excédé un mois.
Et ce soir, il le sentait, rien n'était plus pareil, le monde autour de lui avait changé, évolué, et il savait que tout cela était parfaitement normal. C'était lui qui n'avait pas changé, qui ne s'était pas adapté.
Il en était de même à son travail, moyen, dans une boite moyenne, dont les dirigeants se fichaient pas mal de vos problèmes tant que les quotas étaient remplis. Ses collègues le regardaient d'un air distant, craignant d'être comme contaminés par sa solitude, par son alcoolisme. A vingt ans, on le prenait à la rigueur pour un joyeux fêtard, mais à vingt-six plus personne n'était dupe. Il était toujours sobre pendant son travail, mais après...
Les quelques verres qu'il avait pris avec des collègues avaient eu vite fait de détruire sa réputation, si tenté qu'il en ait jamais eu une.
Il rentrait donc a pied, comme à son habitude, naviguant au radar dans le monde brumeux qui l'enveloppait, faisant confiance à ses chaussures pour trouver le chemin de son studio. A chaque fois qu'il croisait des passants ou une voiture, il prenait bien garde à se tenir droit, marchant de la manière la plus naturelle possible car il ne voulait pas risquer de se faire remarquer par une voiture de police et finir la nuit au poste pour ivresse publique manifeste, chose qui lui était déjà arrivé par deux fois.
Mais il avait l'habitude, il était un Homme, pas une mauviette, il tenait l'alcool, lui.
Il négociait le dernier tournant menant sur sa rue quand des bruits attirèrent son attention. Il n'était qu'à quelques mètres de leur source. D'après le peu d'information qui filtraient à travers ses sens altérés, un couple tentait de se défendre contre trois agresseurs, apparemment armés de matraques ou de bâtons, il ne savait pas trop. L'homme était à terre et ne bougeait plus, tandis que les trois malfrats prenaient leur temps et jouaient avec leur proie. A la vue d'Erik, qui s'était redressé plus par habitude qu'autre chose en tournant dans la rue elle l'avait interpellé:
"Aidez moi, il veulent me tuer, s'il vous plait!"
Après quelques secondes pour tenter de reprendre ses esprits, il approcha du petit groupe dont l'un d'eux se porta à sa hauteur, immobile.
"Il est bourré, il tient a peine debout" lança-t-il a ses camarades, puis s'adressant a celui qui lui faisait face "Tu ferais mieux de te casser si tu veux pas finir comme lui".
Il désignait l'homme étendu sur le sol de sa matraque télescopique, une tache sombre maculait le sol sous sa tête.
Une matraque télescopique, remarqua Erik maintenant qu'il se trouvait près d'un des assaillants.
Ce n'était pas dans sa nature de laisser se perpétrer de tels actes, mais s'il avait eu les idées claires, il aurait sûrement agi d’une façon différente, non pas qu'il aurait fui, mais aurait approché la scène plus prudemment. Cependant ce soir, il était plein comme une outre et ne réfléchissait plus trop.
Il commença par prendre une posture plus caractéristique de son état et se mis à déblatérer, en prenant bien soin de souffler son haleine volatile en direction de son interlocuteur et d'articuler les mots à moitié.
"S'avez m'sieur l'agent, moi je veux pas des pro...des problèmes avec la police, je veux pas aller en prison moi vous savez, hein? J’paye toutes mes conravenssions vous savez...hein?"
Il avait maintenant convaincu l'homme qui se tenait en face de lui qu'il était complètement fait, ce qui n'était pas loin d’être la vérité.
Sans laisser augurer la moindre de ses intentions, Erik décocha un crochet du droit que son adversaire esquiva sans peine, c'était la feinte, le vrai coup vint avec une demi seconde de décalage, un coup de pied maladroit dans les parties qui sentait la bagarre d'ivrognes, mais qui fit quand même son effet.
Le type se plia en deux sous la douleur. Eric en profita pour saisir le haut de la matraque qu'il tira un coup sec en arrière, aussitôt suivi d'un coup puissant en avant, le bout arrondi de l'arme fracassa le visage du malheureux, le laissant inconscient.
-Un partout! S'exclama Eric l'air triomphal.
Puis sans perdre de temps il entreprit le même type de feinte sur le deuxième individu, en utilisant la matraque, qui ne se laissa pas prendre, et se protégea les parties, attendant un coup qui ne vint jamais. Il eu juste le temps d'apercevoir le retour de matraque et le dévia in extremis, évitant ainsi de se faire fracturer la mâchoire, puis riposta par un coup à la cuisse droite, qui força Eric à s'agenouiller.
Celui-ci répliqua par une violente frappe circulaire qui brisa le genou de son ennemi, puis, allongé sur le dos, lui asséna un chassé au menton de sa jambe restée valide.
Le troisième individu n'avait pas attendu la fin du combat pour se jeter dans la mêlée et avait déjà gratifié Eric d'un coup de pied dans l'épaule droite, ce qui lui avait fait valser son arme à plusieurs mètres.
IL se retrouva à terre, désarmé. Son adversaire s'était porté du coté de sa jambe invalide, le meilleur angle d'attaque. Il lui porta un coup de bâton qu'Eric dévia de son avant bras droit avec peine puis riposta par un chassé du gauche, en vain. Le type recula puis se prépara a lui donner de nouveau un coup de pied.
Le regard d'Erik capta furtivement quelque chose situé sur sa gauche à la périphérie de son champ de vision. Une matraque!
Dans la confusion il avait complètement oublié qu'elle était restée près de lui quand il avait mis KO le deuxième larron.
Sans se poser de question, il s'empara de l'arme, frappa de toutes ses forces la jambe qui se dirigeait droit sur sa tête, et atteignit le tibia.
L'effet fut immédiat, son assaillant recula en émettant un cri de douleur.
Erik ne perdit pas de temps et lui lança l'arme qu'il tenait en main au visage, puis dans la foulée se releva et fonça droit vers son ennemi, l'expédiant au sol violement.
Il encaissa un ultime coup de poing à l'arcade avant de mettre définitivement hors d'état de nuire son agresseur.
La rue était redevenue calme, il s'était mis à pleuvoir abondamment.
Après s'être relevé il fit quelques pas pour reprendre son souffle, puis s'accroupit: Sa tête tournait, il avait la nausée. Les efforts violents qu'il venait de faire l'avaient épuisé.
"C'est le retour de bâton..."
Il se laissa tomber sur le côté puis se mit a vomir sur le trottoir. Ne distinguant plus que les formes l'entourant, son monde s'arrêtait à un mètre de distance, seule la douleur était présente.
Pendant un bref instant, il crut distinguer une forme s'approcher de lui.
Oui, c'était bien cela, mais les forces le quittaient déjà, fatigué de lutter contre lui-même. Il sombra dans l'inconscience en ayant la certitude de mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Début d'une nouvelle
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nouvelle position amoureuse
» Nouvelle gare de Liège Guillemins
» Nouvelle Mixery
» Nouvelle Collection - Comment Herge a créer Tintin ?
» Nouvelle Barbie ...Black Canary

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum d'écriture :: SF Futuriste :: SF Futuriste-
Sauter vers: